SVT Quiz
Quiz au hasard :

RNG Saucats
(10 questions)

Meilleurs Scores :
adlene : 99.99%
SOUMARE2 : 90.00%
fafa : 80.00%

Derniers Quiz :



Flash info
Il n'y a actuellement aucun message d'information afficher

 
Afficher/Masquer la colonne de droite
AccueilArticlesPremière S - Procréation  Contrôle de l'activité ovarienne
Première S - Procréation
  Contrôle de l'activité ovarienne - TP/TD

Posté le 20 juillet 2005 à 14:56 par CHOPIN  -  Info Auteur

A- \  A+ 
( Vous pouvez afficher/masquer les blocs droits en cliquant sur l’icône   )

Problématique : Comment se fait la régulation de la production des deux hormones ovariennes, ?strogène et progestérone.

Quel est le lien entre hypothalamus, hypophyse et ovaire ?
 
Objectifs de méthodes : interpréter des réslutats expérimentaux.
                                             Utiliser un logiciel.
                                             Réaliser une démarche expérimentales
                                             Réaliser un schéma de synthèse.




    • LES PRODUCTIONS HORMONALES DE L’HYPOPHYSE ET DE L’HYPOTHALAMUS

L’hypophyse est une glande endocrine située à la base du cerveau, elle est reliée à une région du cerveau appelée hypothalamus.
Sur des femelles Macaques, on réalise une lésion sélective de la région postérieure de l’hypothalamus. Les graphiques ci-dessous mesurent les taux de deux hormones, la LH et la FSH avant et après la lésion.
 

       
 
 

 


 
 
 
 


1. En analysant ces documents, indiquez quel est l’organe producteur de ces deux hormones.
 

Le GnRH est une neurohormone produite par l’hypothalamus et déversée au niveau de la tige hypophysaire. On réalise sur ce même animal des perfusions continues et discontinues de cette neurohormone GnRH.
On mesure en parallèle la fréquence des potentiels d’action des neurones de l’hypothalamus ainsi que le taux plasmatique de cette neurohormone. Les résultats sont représentés ci-dessous.

       
 
 
 




 
 
 
 
 

 

       
 
 
 




 
 
 

 
 

2.  En étudiant ces résultats expérimentaux, indiquez quelles sont les relations entre l’hypotahalamus et l’hypophyse.
 

3. Indiquez quel est le mode de sécrétion du GnRH et justifiez son nom de neurohormone.
 

4.   En étudiant les documents suivants, indiquez quelles sont les cellules cibles des hormones LH et FSH . Précisez quels sont leurs rôles.
 
 

       
 
 
 
Des traitements aux anticorps marqués ont permis de mettre en évidence des récepteurs à la LH et à la FSH sur des coupes d’ovaires.
 
 

 
 
Certaines tumeurs hypophysaires se caractérisent par une baisse de la sécrétion des LH et FSH. Chez les patientes atteintes de telles tumeurs, on observe des anomalies du cycle génital, notamment absence d’ovulation, disparition des règles.
 
 
 

 

Certaines tumeurs hypophysaires se caractérisent par une baisse de la sécrétion des LH et FSH. Chez les patientes atteintes de telles tumeurs, on observe des anomalies du cycle génital, notamment absence d’ovulation, disparition des règles.
 

 
 

       
 
 
 
Des traitements aux anticorps marqués ont permis de mettre en évidence des récepteurs à la LH et à la FSH sur des coupes d’ovaires.
 
 


 
 

Certaines tumeurs hypophysaires se caractérisent par une baisse de la sécrétion des LH et FSH. Chez les patientes atteintes de telles tumeurs, on observe des anomalies du cycle génital, notamment absence d’ovulation, disparition des règles.
 
 
 

 

Certaines tumeurs hypophysaires se caractérisent par une baisse de la sécrétion des LH et FSH. Chez les patientes atteintes de telles tumeurs, on observe des anomalies du cycle génital, notamment absence d’ovulation, disparition des règles.
 

 
 

5. Complétez le schéma proposé en tenant compte de l’ensemble des informations apportées par ce TP.



    • UNE REGULATION PAR RETROCONTR?LE

Chez une femelle macaque ovariectomisée, c’est-à-dire qui a subi une ablation des deux ovaires, on introduit sous la peau un implant d’oestradiol de telle sorte que le taux d’oestradiol soit voisin de celui existant en période folliculaire. Seize jours après l’implantation, on injecte une forte dose d’oestradiol. On dose parallèlement le taux de LH plasmatique.
       
 
 
   

1.      Analysez les courbes ci-contre et indiquez quelles sont les conséquences de l’implant, puis de l’injection d’oestradiol.
 

 
 





Sur une coupe fine d’hypothalamus de macaque femelle ovariectomisée depuis plusieurs jours, on fait agir des anticorps marqués et spécifiques du récepteur cellulaire de l’oestradiol. Après rinçage pour éliminer les anticorps non liés à leur cible, on recherche la localisation des anticorps restants. Ces récepteurs anti-récepteurs cellulaires de l’oestradiol sont retrouvés au niveau des cellules hypothalamiques.

 

            1.  Ces résultats expérimentaux confirment-ils votre réponse précédente.

    • ETUDE PAR DES EXPERIENCES
      • En utilisant le logiciel Rhéor, vérifiez et complétez votre schéma de synthèse. Vous rentrez avec votre compte-rendu au moins deux démarches expérimentales complètes de votre choix.
 
 


Licence d\'utilisation  :  Cliquez !

Options

Licence d'utilisation :

Licence CC


Format imprimable  Format imprimable


Format PDF  Article Format PDF


Envoyer cet article à un(e) ami(e)  Envoyer cet article




Liens connexes

Voir tous les articles
de ce thème :

Première S - Procréation



Voir tous les articles
de cette catégorie :

TP/TD



Voir tous les articles
soumis par :

CHOPIN




Article le plus lu du thème
Première S - Procréation :
Régulation du cycle sexuel féminin



Thème(s) associé(s)

Première S - Procréation